Accéder au contenu principal

Mardi 08 novembre, 23 personnes ont confirmé leur venue !


Le Café TRiPALiUM semble bien parti.



Après des débuts hésitants ( il a fallu changer de nom, puisque le propriétaire de la marque " Café social " s'est manifesté et le Café RH était déjà pris à Lille ... ) nous sommes revenus à une valeur sûre. Le café s'appellera Café TRiPALiUM.

Nous avons retenu entre deux cafés situés à St Lazare, un café très sympa en face des galeries lafayette avec une salle isolée au premier étage .

Nous allons essayer d'avoir des petits tapas à grignoter, on discute mieux le ventre plein, non ?
Les premières contributions pour le thème du Café de mardi ont été postées, celle ci est particulièrement interessante : " Je fais référence à la tenue du dernier CCE de mon entreprise, qui analysait les résultats 2004. Combien les propos échangés, lors du premier café social virtuel, sur le dialogue social m'ont parus d'actualité. J'en tire les remarques suivantes:
Si l'investissur qui réalise un investisement dans une entreprise doit voir son placement remunéré.
Si l'équipe dirigeante mise en place par les actionnaires doit voir ses efforts recompensés.
Si l'encadrement et la maîtrise qui ont en charge d'appliquer les orientations du staff management doit être motivé par des primes d'objectifs
Si les employées qui réaliseent la production et donc matérialisent la valeur ajoutée de l'entreprise doivent recevoir le fruit de leur travail.

L'ensemble de ces composantes doit avoir à l'esprit qu'il travaille dans une entité qui les fait travailler et assure leurs revenus.

Pour que cela fonctionne il faut que chacune des parties regarde les autres avec respect.

Il faut que les parties en présence sachent comment elles fonctionnent au travers de règles, de codes, de lois.

Ce travail se nomme le dialogue qui est le fruit de l'expérience de l'entreprise, de l'information, de la formation des acteurs.


Si chaque partie a bien compris le fonctionnement des autres alors chacun pourra trouver sa place et recevoir la part de la valeur ajoutée qu'il a apporté à l'entreprise.

Certains me diront que cette vision est un tant soit peu utopique. Certainement mais cela vient du fait que l'on a jamais réussi à établir un dialogue qui met en avant l'entreprise qui est la mère nourricière de l'ensemble des acteurs qui la font vivre et grandir.

Bonne journée "
http://www.tripalium.com/cafetripalium/Cafe20051115.htm

Il ne reste plus qu'à trouver un modèle de fonctionnement .
Pour l'instant, nous nous orientons vers une animation en deux temps :
- Discussion sur l'actualité et la jurisprudence sociale
- discussion sur le thème retenu.

Posts les plus consultés de ce blog

L'employeur seul responsable de la non organisation de la visite de reprise

Après un congé de maternité ou une absence pour cause de maladie professionnelle ou encore après une absence d'au moins trente jours pour cause d'accident du travail, de maladie ou d'accident non professionnel, tout salarié doit bénéficier d'un examen de reprise du travail par le médecin du travail (Art. R. 4624-22).
Pour les absences de moins de trente jours, l'employeur a tout intérêt à solliciter une visite auprès du médecin du travail.
En effet, en dehors des obligations légales, l'employeur doit prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs (Article L4121-1).
Il reste tenu à une obligation de sécurité de résultat en matière de santé des salariés et engagera sa responsabilité s'il laisse un salarié reprendre le travail sans surveillance médicale et que sa santé se dégrade de ce fait.
Dès que l'employeur a connaissance de la date de la fin de l'arrêt de travail, il saisit le …

Vient de paraître | Travail, rémunération et congés après la "loi Travail" | Droit du Travail T3 | Y.Loufrani éditions EMS

La loi n° 2016-1088 du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels encore appelée « Loi Travail » ou « Loi El Khomri » a profondément remanié l’appréhension des thématiques de gestion du temps de travail en affirmant sur ces domaines la primauté des accords d’entreprise ou d’établissement.

La négociation collective, le dialogue social entre des partenaires représentatifs sont devenus les instruments de cette nouvelle approche normative avec l’apparition d’un « ordre public conventionnel ».

La prééminence de l’accord d’entreprise sur l’accord de branche est affirmée dans un domaine limité : la durée du travail – objet de ce tome 3 avec la rémunération -, entendue au sens large.

Dans la mesure où cette primauté est prévue par la loi, la hiérarchie des normes et le principe de faveur ne sont pas remis en cause.

Il appartient toujours à la norme supérieure (la loi) de décider, en dernier ressort, comment articuler…

Une rupture conventionnelle peut annuler un licenciement !

Un salarié déjà licencié peut signer une rupture conventionnelle qui annule son licenciement … c’est le sens d’un arrêt de mars 2015 qui, sans aucun doute, va susciter de nombreuses réactions.

Recevoir
les infos TRiPALiUM



Dès qu'une clause de non-concurrence est prévue par le contrat de travail ou la convention collective, l'employeur est tenu au versement d’une l'indemnité compensatrice sauf lorsqu'il a utilisé la faculté de renonciation qui lui est donnée, le cas échéant, par les dispositions conventionnelles ou contractuelles. En 2010, abandonnant sa jurisprudence antérieure admettant que l'employeur pouvait renoncer à la clause de non-concurrence dans un délai raisonnable, dorénavant, l’employeur ne peut être dispensé de verser la contrepartie financière de cette clause que s'il libère le salarié de son obligation de non-concurrence au moment du licenciement  « qu'en l'absence de disposition conventionnelle ou contractuelle fixant valablement le déla…