Accéder au contenu principal

Management & intelligence conventionnelle

Tout gestionnaire en charge des RH doit vérifier dans quelle mesure les dispositions conventionnelles restent plus favorables que les dispositions légales. Illustration, arrêt du 8 octobre.
_________________________________________________________________________________

Depuis 1982, la négociation collective a pris une ampleur considérable. Avec la négociation annuelle obligatoire (voire triennale) un maillage conventionnel s’est superposé au maillage réglementaire et légal. On dénombrait ainsi 33 869 textes enregistrés en 2011 pour les seuls accords d’entreprise, s’agissant de la négociation de branche, 1 195 textes signés en 2011 ont été déposés auprès des services de la Direction générale du travail (DGT).
Les courts circuits n’ont pas tardé à apparaître malgré l’application du principe de faveur, principe fondamental au sens de l’article 34 de la constitution. Il s’agit du principe dit « de faveur », selon lequel  la loi ne peut permettre aux accords collectifs de travail de déroger aux lois et règlements ou aux conventions de portée plus large que dans un sens plus favorable aux salariés
Il s’agit d’un principe fondamental.
A une question transmise par le conseil de prud'hommes de Creil  à propos de L'article 2 de la loi n° 2008-596 du 25 juin 2008, modifiant l'article L. 1221-19 du code du travail, qui méconnaîtrait  le principe de faveur tel que prévu par le code du travail et « sacralisé » par les juridictions suprêmes des ordres judiciaire et administratif, ainsi que par le Conseil constitutionnel , la chambre sociale de la cour de cassation a précisé dans sa réponse que si  le principe de faveur n'est pas un principe fondamental au sens du préambule de la constitution de 1946, il est un principe fondamental au sens de l'article 34 de la constitution : « Attendu que la question n'est pas recevable en ce qu'elle invoque la seule violation du principe dit « de faveur », selon lequel la loi ne peut permettre aux accords collectifs de travail de déroger aux lois et règlements ou aux conventions de portée plus large que dans un sens plus favorable aux salariés, et qui, s'il constitue un principe fondamental du droit du travail au sens de l'article 34 de la Constitution, dont il appartient au législateur de déterminer le contenu et la portée, ne résulte d'aucune disposition législative antérieure à la Constitution de 1946 et ne saurait, dès lors, être regardé comme un principe fondamental reconnu par les lois de la République au sens du Préambule de la Constitution de 1946 ; » ( cass.soc. , 29 janvier 2014, N° 13-40067).
Les dispositions conventionnelles ne doivent  s’appliquer que dans la mesure où elles sont  plus favorables au salarié.
Cependant, face au foisonnement normatif social, la clause conventionnelle qui, lors de la négociation était plus favorable au salarié,  peut se retrouver plus défavorable face à l’évolution des dispositions législatives et réglementaires.
Tout gestionnaire des ressources humaines se devra donc de vérifier dans quelle mesure des dispositions conventionnelles restent plus favorables que les dispositions légales, comme le montre la situation suivante :
Une femme engagée le 3 juin 1965 par la Fédération des caisses de mutualité sociale agricole du Languedoc, devenue mutualité sociale agricole du Languedoc, a été licenciée le 21 novembre 2005 pour cause d'inaptitude physique médicalement constatée consécutive à une maladie.  Elle saisit la juridiction prud'homale de diverses demandes en invoquant, en cause d'appel, une discrimination subie du fait de l’application de l'article 36 de la convention collective de travail du personnel de la mutualité sociale agricole dans sa rédaction du 22 décembre 1999 alors applicable prévoyant une exclusion de l'indemnité conventionnelle de licenciement en cas d'inaptitude physique consécutive à une maladie ou à un accident de la vie privée.
L’employeur procède à la lecture des dispositions conventionnelles et légales des quelles, il résulte que l'article 36 de la convention collective du personnel de la MSA dispose que :
1.  lorsque le licenciement d'un salarié est prononcé avec indemnité, celle-ci est égale à un demi mois de salaire par année d'ancienneté, pour les six premières années, un mois de salaire par année d'ancienneté, pour les années suivantes. Toutefois, l'indemnité ne pourra, en aucun cas, être supérieure à vingt-quatre mois de salaire ;
Cependant,
2. en cas de rupture du contrat de travail du salarié pour cause d'inaptitude physique médicalement constatée, consécutive à une maladie ou un accident de la vie privée, le versement de l'indemnité de licenciement est exclu. Seule est due une indemnité égale à l'indemnité légalisée de licenciement prévue à l'article 5 de l'accord national interprofessionnel du 10 décembre 1977 sur la mensualisation annexé à la loi n° 78-49 du 19 janvier 1978, majorée de 50 % peut être versé.
La convention applicable excluant expressément les salariés licenciés pour inaptitude d'origine non professionnelle du bénéfice de l'indemnité conventionnelle visée à l'article 36 1°, la salariée ne pouvait donc prétendre à cette indemnité selon l’employeur.
Il ne s’agit pas d’appliquer textuellement une disposition conventionnelle rappelle la salariée qui demande à l’employeur de procéder à la comparaison entre les dispositions conventionnelles et légales.
Or, les dispositions légales interdisent toute forme de discrimination en raison de l’état de santé. L' article L. 1132-1 du Code du travail précise que le salarié ne peut être sanctionné ou licencié en raison de son état de santé ou de son handicap. Il s’agit d’une discrimination ( les licenciements pour inaptitude constatée par le médecin du travail et impossibilité de reclassement reste valide ).

Bien observé selon la cour de cassation qui confirme que de par leur rédaction, les dispositions conventionnelles qui minorent les indemnités de rupture des salariés dont le contrat a été rompu pour cause d’inaptitude physique sont illicites. La salariée est donc fondée à réclamer les indemnités conventionnelles les plus favorables : Mais attendu qu'en l'absence d'élément objectif et pertinent la justifiant, est nulle en raison de son caractère discriminatoire fondé sur l'état de santé du salarié, la disposition d'une convention collective excluant les salariés licenciés pour cause d'inaptitude consécutive à une maladie ou à un accident non professionnel du bénéfice de l'indemnité de licenciement qu'elle institue; qu'il en résulte que la cour d'appel a exactement décidé que les dispositions illicites du 2° de l'article 36 de la convention collective de travail du personnel de la mutualité sociale agricole devaient être écartées au profit de celles du 1° de cet article et que la salariée devait percevoir l'indemnité conventionnelle de licenciement ; (cass.soc., 08 octobre2014,N° de pourvoi: 13-11789 ).

Il ne s’agit donc pas, pour tout manager confronté à un problème d’application de normes de se contenter d’une application littérale. Encore faut-il développer une certaine « intelligence du droit ».
Yvan Loufrani

Posts les plus consultés de ce blog

L'employeur seul responsable de la non organisation de la visite de reprise

Après un congé de maternité ou une absence pour cause de maladie professionnelle ou encore après une absence d'au moins trente jours pour cause d'accident du travail, de maladie ou d'accident non professionnel, tout salarié doit bénéficier d'un examen de reprise du travail par le médecin du travail (Art. R. 4624-22).
Pour les absences de moins de trente jours, l'employeur a tout intérêt à solliciter une visite auprès du médecin du travail.
En effet, en dehors des obligations légales, l'employeur doit prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs (Article L4121-1).
Il reste tenu à une obligation de sécurité de résultat en matière de santé des salariés et engagera sa responsabilité s'il laisse un salarié reprendre le travail sans surveillance médicale et que sa santé se dégrade de ce fait.
Dès que l'employeur a connaissance de la date de la fin de l'arrêt de travail, il saisit le …

Vient de paraître | Travail, rémunération et congés après la "loi Travail" | Droit du Travail T3 | Y.Loufrani éditions EMS

La loi n° 2016-1088 du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels encore appelée « Loi Travail » ou « Loi El Khomri » a profondément remanié l’appréhension des thématiques de gestion du temps de travail en affirmant sur ces domaines la primauté des accords d’entreprise ou d’établissement.

La négociation collective, le dialogue social entre des partenaires représentatifs sont devenus les instruments de cette nouvelle approche normative avec l’apparition d’un « ordre public conventionnel ».

La prééminence de l’accord d’entreprise sur l’accord de branche est affirmée dans un domaine limité : la durée du travail – objet de ce tome 3 avec la rémunération -, entendue au sens large.

Dans la mesure où cette primauté est prévue par la loi, la hiérarchie des normes et le principe de faveur ne sont pas remis en cause.

Il appartient toujours à la norme supérieure (la loi) de décider, en dernier ressort, comment articuler…

Une rupture conventionnelle peut annuler un licenciement !

Un salarié déjà licencié peut signer une rupture conventionnelle qui annule son licenciement … c’est le sens d’un arrêt de mars 2015 qui, sans aucun doute, va susciter de nombreuses réactions.

Recevoir
les infos TRiPALiUM



Dès qu'une clause de non-concurrence est prévue par le contrat de travail ou la convention collective, l'employeur est tenu au versement d’une l'indemnité compensatrice sauf lorsqu'il a utilisé la faculté de renonciation qui lui est donnée, le cas échéant, par les dispositions conventionnelles ou contractuelles. En 2010, abandonnant sa jurisprudence antérieure admettant que l'employeur pouvait renoncer à la clause de non-concurrence dans un délai raisonnable, dorénavant, l’employeur ne peut être dispensé de verser la contrepartie financière de cette clause que s'il libère le salarié de son obligation de non-concurrence au moment du licenciement  « qu'en l'absence de disposition conventionnelle ou contractuelle fixant valablement le déla…