Accéder au contenu principal

Qui ne dit mot ne consent … pas toujours !

A la lecture des décrets fixant les exceptions au nouveau principe que le silence de l'administration vaut accord, on peut être dubitatif sur la simplification annoncée haut et fort !
______________________________________________________________________
On pouvait saluer le souci de simplification des relations entre l’administration et le gouvernement se traduisant par l’affirmation du principe que le silence gardé par l’administration vaut accord …
Certes le silence vaut dorénavant accord dans un certain nombre de situations, mais à la lecture des exceptions figurant dans les décrets on recherche la simplification !
Avant de prendre une décision, il faudra vérifier :
1. Dans les tableaux fixés par décrets, si la situation n’est pas une situation d’exception,
2. Si la situation n’est pas une situation d’exception, vérifier que le silence vaut bien accord comme le veut le nouveau principe …
Bon courage !


1. Qui tacet consentire videtur ( qui ne dit mot consent )
Credit Photo: proverbe-dessine.webcomics.fr
La loi n° 2013-1005 du 12 novembre 2013 avait habilité le Gouvernement à simplifier les relations entre l'administration et les citoyens, en conséquence, le Gouvernement était autorisé, dans un délai de douze mois à compter de la promulgation de la loi (12 novembre 2013) soit novemvre 2014, à modifier par ordonnances les dispositions législatives prévoyant que, en l'absence de réponse de l'administration dans un délai que ces dispositions déterminent, la demande est implicitement rejetée, pour disposer que l'absence de réponse vaut décision d'acceptation ou instituer un délai différent.
La liste des procédures concernées est dorénavant mise à jour sur légifrance. Bien que la liste, en lle même, n’ait pas de valeur juridique, elle est néanmoins publiée aux fins d’information du public. Elle recense les procédures qui n’entrent dans aucune des exceptions prévues par la loi ou par les décrets qui prévoient, dans les conditions fixées par la loi, des dérogations au principe du « silence vaut accord ».

Les procédures sont classées dans l’ordre des textes qui les régissent, en distinguant celles qui sont prévues par un code et celles qui sont prévues par une loi ou un texte réglementaire non codifié.
Objet de la demande
Autorité compétente
Délai de naissance de la décision
Article de référence
Plan Social



Validation de l’accord collectif majoritaire ou homologation du document élaboré par l’employeur en cas de licenciement de dix salariés ou plus dans une même période de trente jours dans les entreprises soumises à l’obligation d’établir un plan de sauvegarde de l’emploi
Direccte
15 jours en cas d’accord colletif,21 jours pour le document unilatéral
L1233-57-1
Rupture conventionnelle



Homologation  des ruptures conventionnelles
Direccte
2 mois
L1237-14
Durée du travail



Autorisation de dépassement de la durée quotidienne maximale de travail effectué par un salarié
Inspecteur du travail
15 jours
L3121-34
Autorisation de dépassement de la durée maximale hebdomadaire absolue du travail
Direccte
30 jours
L3121-35 (2e alinéa)
Dérogation à la durée hebdomadaire maximale moyenne de travail (si l’entreprise est dans un secteur d’activité faisant l’objet d’une dérogation ministérielle)
Inspecteur du travail
30 jours
L3121-36 (3e alinéa) et R3121-27
Dérogation à la durée hebdomadaire maximale moyenne de travail (si la dérogation concerne une entreprise ne relevant pas d’un secteur d’activité faisant l’objet d’une dérogation ministérielle)
Direccte
30 jours
L3121-36 (3e alinéa) et R3121-28
Autorisation de pratique des horaires individualisés
Inspecteur du travail
30 jours
L3122-24
Autorisation de substitution à la période 21h/6h, pour la définition du travail de nuit
Inspecteur du travail
30 jours
L3122-29 (dernier alinéa)
Dérogation à la durée quotidienne maximale de travail accompli par un travailleur de nuit
Inspecteur du travail
15 jours
L3122-34 (dernier alinéa)
Autorisation d’affectation  des travailleurs à des postes de nuit
Inspecteur du travail
30 jours
L3122-36
Dérogation à la durée minimale de repos quotidien
Inspecteur du travail
15 jours
L3131-2
Autorisation d’organiser le travail de façon continue pour des raisons économiques et d’attribuer le repos hebdomadaire par roulement
Inspecteur du travail
30 jours
L3132-14
Dérogation permettant de prévoir que le personnel d’exécution fonctionne en deux groupes dont l’un, dénommé équipe de suppléance, a pour seule fonction de remplacer l’autre pendant le ou les jours de repos accordés au premier groupe
Inspecteur du travail
30 jours
L3132-18
Autorisation  de dépasser la durée maximale quotidienne de dix heures pour les équipes de suppléances
Inspecteur du travail
30 jours
R3132-12
Dérogation à l’interdiction du travail de nuit pour les jeunes travailleurs salariés des établissements commerciaux et de ceux du spectacle
Inspecteur du travail
30 jours
L3163-2
Dérogation à l’obligation  d’accorder deux jours de repos consécutifs par semaine aux jeunes travailleurs
Inspecteur du travail
30 jours
L3164-2
Dérogations aux durées quotidienne et hebdomadaire maximales de travail effectif des jeunes travailleurs
Inspecteur du travail
30 jours
L3162-1 (2e alinéa)
Caisse de congés payés



Approbation  des statuts de la caisse de congés payés du spectacle et de leurs modifications
Ministre chargé du travail
2 mois
L3141-30
Approbation des statuts et des règlements, ainsi que de leurs modifications, des caisses de congés payés des transports
Ministre chargé du travail
2 mois
L3141-30
Approbation du statut et des règlements, ainsi que de leur modification,  des caisses des professions du bâtiment et des travaux publics
Ministre chargé du travail
2 mois
L3141-30
Entreprise solidaire d'utilité sociale



Agrément « entreprise solidaire d’utilité sociale »
Préfet du département
3 mois
L3332-17-1
Emploi des mineurs



Autorisation  accordée aux mineurs de plus de quatorze ans d’exercer, pendant leurs vacances scolaires, des travaux adaptés à leur âge
Inspecteur du travail
8 jours
L4153-3
Dérogations à l’interdiction  pour les travailleurs de moins de dix-huit ans d’être employés à certaines catégories de travaux mentionnés à l’article L4153-8
Inspecteur du travail
2 mois
L4153-9
Dérogation à l’interdiction du travail de nuit pour les jeunes travailleurs salariés des établissements commerciaux et de ceux du spectacle
Inspecteur du travail
30 jours
L3163-2
Dérogation à l’obligation  d’accorder deux jours de repos consécutifs par semaine aux jeunes travailleurs
Inspecteur du travail
30 jours
L3164-2
Dérogation aux durées quotidienne et hebdomadaire maximales de travail effectif des apprentis de moins de dix-huit  ans
Inspecteur du travail
30 jours
L6222-25
Formation professionnelle



Enregistrement de la déclaration d’activité d’une personne qui réalise des prestations de formation professionnelle continue
Préfet de région
30 jours
L6351-1
Apprentissage



Dérogation à l’interdiction du travail de nuit pour les apprentis de moins de dix-huit ans
Inspecteur du travail
30 jours
L6222-26 (2e alinéa)
Adaptation de la durée du contrat d’apprentissage entre 6 mois et un an lorsque la formation a pour objet l’acquisition d’un diplôme ou d’un titre relevant des cas prévus à ’article  L6229-9 du code du travail
Recteur, Directeur régional de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt, Directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale
1 mois
R6222-8 R6222-9
Réduction, pour les apprentis engagés dans la préparation d’un baccalauréat professionnel, de la durée du contrat d’apprentissage, qui fait l’objet d’un avenant conclu en application des dispo- sitions du deuxième alinéa de l’article L6222-22-1, dans les conditions prévues à l’article R6222-17 du code du travail
Recteur ou directeur régional de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt ou directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale
1 mois
R6222-16-1
Réduction d’un an de la durée du contrat d’apprentissage, en application de l’article R6222-16 ou de l’article R6222-16-1 du code du travail
Recteur ou directeur régional de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt ou directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale
1 mois
R6222-17
Dérogation à la date du début du contrat d’apprentissage
Recteur, Directeur régional de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt, Directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale
deux semaines
R6222-19
Augmentation de la durée du contrat d’apprentissage
Recteur ou directeur régional de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt ou directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale
1 mois
R6222-46
Autorisation d’aménagement de la formation de l’apprenti handicapé
Recteur ou directeur régional de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt ou directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale
1 mois
R6222-51
Qualification en qualité de maître d’ap- prentissage d’une personne possédant une expérience professionnelle de trois ans en rapport avec le diplôme ou le titre préparé par l’apprenti
Recteur, Directeur régional de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt, Directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale
1 mois
R6223-24 (3o)
Habilitation d’une convention conclue entre un centre de formation d’apprentis et une entreprise pour assurer une partie des enseignements
Recteur, Directeur régional de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt, Directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale
2 mois
D6233-64
Contrats de Génération



Conformité des accords ou plans d’action contrat de génération dans les entreprises dont l’effectif est compris entre cinquante et moins de trois cents salariés ou qui appartiennent à un groupe dont l’effectif est compris entre cinquante et moins de trois cents salariés
Direccte
3 semaines en cas d’accord, 6 semaines en cas de plan d’action
L5121-13
Conformité des accords ou plans d’action contrat de génération dans les entre- prises, groupes ou établissements publics à caractère industriel et commercial employant au moins trois cents salariés
Direccte
3 semaines en cas d’accord, 6 semaines en cas de plan d’action
L5121-13
Insertion par l'activité économique



Agrément d’une personne pour son embauche par un organisme de l’insertion par l’activité économique
Directeur général de Pôle emploi
5 jours
L5132-3
Agences de mannequins



Licence d’agence de mannequins
Préfet
2 mois
L713-11
renouvellement de l’agrément d’agences de mannequin pour l’engagement d’enfants de moins de seize ans
Préfet
1 mois
L7124-5
Services à la personne



Agrément des personnes morales ou entreprises individuelles qui exercent les activités de service à la personne
Direccte
3 mois
L7232-1
Agrément pour l’exercice d’une activité s’adressant à un public fragile dans le secteur des services
Préfet
3 mois
L7232-1 et 7232-4
Comité inter-entreprises



Dérogation au nombre et à la composition de la délégation salariale au comité inter-entreprises
Inspecteur du travail
2 mois
R2323-29
Titres-restaurant



Exercice de la profession de restaurateur pour la délivrance de titres-restaurant
Commission nationale des titres restaurant
1 mois
R3262-31
Locaux de travail



Dérogation accordées à l’employeur en matière d’aménagement des vestiaires collectifs, lavabos et douches
Inspecteur du travail
2 mois
R4228-16
Autorisation par dérogation à l’article R4228-19 d’aménager les locaux affectés au travail pour permettre aux travail- leurs d’y prendre leur repas, dès lors que l’acticité  de ces locaux ne comporte par l’emploi  de substances ou de prépara- tions dangereuses
Inspecteur du travail
2 mois
R4228-23 (2e alinéa)
Chantiers



Dérogation lorsque l’application  des mesures prévues par en matière d’hébergement sur chantier est rendue difficile par les conditions d’exploitation  du chantier
Inspecteur du travail
2 mois
R4434-151
Sécurité



Approbation des études de sécurité en matière de risque pyrotechnique
Direccte
3 mois
R4462-30
Dérogations accordées aux prescriptions techniques applicables avant l’exécution de travaux (règles d’accès et règles de raccordement aux réseaux de distribution d’eau potable ou d’électricité)
Direccte
2 mois
R4533-7
Santé au travail



Approbation du choix par l’employeur de la forme du service de santé au travail
Direccte
1 mois
R4622-4
Autorisation de cessation d’adhésion à un service de santé au travail interentreprises
Direccte
1 mois
R4622-24
Agrément des services de santé au travail
Direccte
4 mois
D4622-48
Dérogation à l’affectation à titre exclusif d’un médecin du travail au secteur réservé aux salariés temporaires
Direccte
2 mois
D4625-7
Chômage partiel



Autorisation de placement en position de chômage partiel  de ses salariés accordée à l’employeur lorsque l’entreprise est contrainte de réduire ou de suspendre Réduction de niveau supérieur à celui qu’elles souhaitent préparer ;
Direccte
15 jours
R5122-2
Spectacles



Agrément des organismes assurant une formation spécifique à la sécurité des spectacles adaptée à la nature du lieu de spectacle
Ministre chargé de la culture
6 mois
R7122-3
Délivrance et renouvellement d’une licence d’entrepreneur de spectacles vivants
Ministre chargé de la culture
4 mois
R7122-13
Qui ne dit mot ne consent pas !
Deux décrets relevant du Ministère du travail, de l’emploi et du dialogue social précisent  les exceptions au principe « Qui ne dit mot consent »
·         Décret n° 2014-1289 du 23 octobre 2014 relatif aux exceptions à l'application du principe « silence vaut acceptation » sur le fondement du II de l'article 21 de la loi n° 2000-321 du 12 avril 2000 relative aux droits des citoyens dans leurs relations avec les administrations (ministère du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social)

·         Décret n° 2014-1291 du 23 octobre 2014 relatif aux exceptions à l'application du principe « silence vaut acceptation » sur le fondement du 4° du I de l'article 21 de la loi n° 2000-321 du 12 avril 2000 relative aux droits des citoyens dans leurs relations avec les administrations (ministère du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social)

Posts les plus consultés de ce blog

Vient de paraître | Travail, rémunération et congés après la "loi Travail" | Droit du Travail T3 | Y.Loufrani éditions EMS

La loi n° 2016-1088 du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels encore appelée « Loi Travail » ou « Loi El Khomri » a profondément remanié l’appréhension des thématiques de gestion du temps de travail en affirmant sur ces domaines la primauté des accords d’entreprise ou d’établissement.

La négociation collective, le dialogue social entre des partenaires représentatifs sont devenus les instruments de cette nouvelle approche normative avec l’apparition d’un « ordre public conventionnel ».

La prééminence de l’accord d’entreprise sur l’accord de branche est affirmée dans un domaine limité : la durée du travail – objet de ce tome 3 avec la rémunération -, entendue au sens large.

Dans la mesure où cette primauté est prévue par la loi, la hiérarchie des normes et le principe de faveur ne sont pas remis en cause.

Il appartient toujours à la norme supérieure (la loi) de décider, en dernier ressort, comment articuler…

L'employeur seul responsable de la non organisation de la visite de reprise

Après un congé de maternité ou une absence pour cause de maladie professionnelle ou encore après une absence d'au moins trente jours pour cause d'accident du travail, de maladie ou d'accident non professionnel, tout salarié doit bénéficier d'un examen de reprise du travail par le médecin du travail (Art. R. 4624-22).
Pour les absences de moins de trente jours, l'employeur a tout intérêt à solliciter une visite auprès du médecin du travail.
En effet, en dehors des obligations légales, l'employeur doit prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs (Article L4121-1).
Il reste tenu à une obligation de sécurité de résultat en matière de santé des salariés et engagera sa responsabilité s'il laisse un salarié reprendre le travail sans surveillance médicale et que sa santé se dégrade de ce fait.
Dès que l'employeur a connaissance de la date de la fin de l'arrêt de travail, il saisit le …

Une rupture conventionnelle peut annuler un licenciement !

Un salarié déjà licencié peut signer une rupture conventionnelle qui annule son licenciement … c’est le sens d’un arrêt de mars 2015 qui, sans aucun doute, va susciter de nombreuses réactions.

Recevoir
les infos TRiPALiUM



Dès qu'une clause de non-concurrence est prévue par le contrat de travail ou la convention collective, l'employeur est tenu au versement d’une l'indemnité compensatrice sauf lorsqu'il a utilisé la faculté de renonciation qui lui est donnée, le cas échéant, par les dispositions conventionnelles ou contractuelles. En 2010, abandonnant sa jurisprudence antérieure admettant que l'employeur pouvait renoncer à la clause de non-concurrence dans un délai raisonnable, dorénavant, l’employeur ne peut être dispensé de verser la contrepartie financière de cette clause que s'il libère le salarié de son obligation de non-concurrence au moment du licenciement  « qu'en l'absence de disposition conventionnelle ou contractuelle fixant valablement le déla…