Accéder au contenu principal

Le manager préventeur du stress ?

EXPERTS-REFERENTS TRiPALiUM
La parole à ......... Dominique Dubreuil

___________________________________________________


Manager en temps de crise, c’est pratiquer la régulation du stress indispensable à la suite des évènements
___________________________________________________


Associer performance économique et sociale n’est déjà pas simple par « beau temps » mais cela se complique franchement lorsque la situation économique se dégrade. Le management sous tension se doit alors de négocier un accord social pour conduire le changement indispensable aux enjeux stratégiques et utile au « bien vivre ensemble ».

Crise : les jeux traditionnels des acteurs sont chamboulés

La crise ou la perception d’une crise agit directement sur les salariés et va modifier leurs attitudes au travail. Les résistances et autres phénomènes de méfiance se multiplient.
Or, par définition, le management a la responsabilité de mettre en œuvre des solutions correctives pour franchir la passe difficile sans générer un stress destructeur d’énergie collective.

Si crise il y a les obstacles suivants apparaissent :

  • Baisse d’activité 
  • Marges de manœuvre réduites 
  • Doutes dans l’équipe 
  • Appel au leadership 
  • Besoin d’accompagnement des salariés dans les phases de renoncement et d’appropriation. 
Dès lors le manager gestionnaire ne suffit plus, place au manager leader et préventeur du stress. 

Négocier : une tactique efficace 

Mais comment asseoir son leadership sur une équipe dans le doute voire dans la peur du lendemain ?

Pas seulement par la magie du verbe ou la pertinence du plan d’action, mais aussi en construisant un accord gagnant – gagnant avec ses salariés.

Que ce soit avec votre comité d’entreprise (à consulter si plan de réduction des effectifs il y a) ou avec vos délégués syndicaux habilités à signer un accord majoritaire, les opportunités de trouver un accord existent et doivent être méthodiquement étudiées.
Si la négociation vous garantit une pause ou un répit sur le plan social nul doute qu’il faut jouer à fond cette carte avec l’idée suivante en tête : « Associer les salariés à la solution à court terme en échange d’une sortie de crise rapide et d’une baisse du stress collectif inhibiteur et stérile »

D’aucuns penseront que c’est déraisonnable de l’espérer alors que le mécontentement gronde.

Que cela soit difficile, certes, mais cela vaut la peine d’en faire sa priorité tant l’obtention d’un accord social garantit non seulement la pacification interne mais aussi un réel aura au manager. 

Par la négociation réguler le stress des personnels

En effet qu’est ce qui est en jeu dans cette affaire ?

  • Le statut de représentant et négociateur (des organisations syndicales) 
  • La vision du « demain ensemble » 
  • La confiance que vous leur témoignez en les associant à cette recherche de solutions 
  • La capacité du manager pas seulement de gérer la crise en mode opérationnel mais aussi d’absorber l’énergie négative que représente le stress des équipes 
  • Et enfin le leadership dont vous faites preuve en allant dans la tempête obtenir le soutien même partiel de vos salariés sur les mesures correctives de réorganisation voire de rupture. 
En conclusion, négocier en temps de crise c’est pour le manager responsable du périmètre économique et social l’occasion de se tailler un costume de leader véritable régulateur des risques psycho-sociaux. Nul doute que son management en gagnera en efficacité et adhésion.
Dominique Dubreuil

DRH à temps partagé
Consultant formateur en management et ressources humaines

Posts les plus consultés de ce blog

L'employeur seul responsable de la non organisation de la visite de reprise

Après un congé de maternité ou une absence pour cause de maladie professionnelle ou encore après une absence d'au moins trente jours pour cause d'accident du travail, de maladie ou d'accident non professionnel, tout salarié doit bénéficier d'un examen de reprise du travail par le médecin du travail (Art. R. 4624-22).
Pour les absences de moins de trente jours, l'employeur a tout intérêt à solliciter une visite auprès du médecin du travail.
En effet, en dehors des obligations légales, l'employeur doit prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs (Article L4121-1).
Il reste tenu à une obligation de sécurité de résultat en matière de santé des salariés et engagera sa responsabilité s'il laisse un salarié reprendre le travail sans surveillance médicale et que sa santé se dégrade de ce fait.
Dès que l'employeur a connaissance de la date de la fin de l'arrêt de travail, il saisit le …

Vient de paraître | Travail, rémunération et congés après la "loi Travail" | Droit du Travail T3 | Y.Loufrani éditions EMS

La loi n° 2016-1088 du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels encore appelée « Loi Travail » ou « Loi El Khomri » a profondément remanié l’appréhension des thématiques de gestion du temps de travail en affirmant sur ces domaines la primauté des accords d’entreprise ou d’établissement.

La négociation collective, le dialogue social entre des partenaires représentatifs sont devenus les instruments de cette nouvelle approche normative avec l’apparition d’un « ordre public conventionnel ».

La prééminence de l’accord d’entreprise sur l’accord de branche est affirmée dans un domaine limité : la durée du travail – objet de ce tome 3 avec la rémunération -, entendue au sens large.

Dans la mesure où cette primauté est prévue par la loi, la hiérarchie des normes et le principe de faveur ne sont pas remis en cause.

Il appartient toujours à la norme supérieure (la loi) de décider, en dernier ressort, comment articuler…

Une rupture conventionnelle peut annuler un licenciement !

Un salarié déjà licencié peut signer une rupture conventionnelle qui annule son licenciement … c’est le sens d’un arrêt de mars 2015 qui, sans aucun doute, va susciter de nombreuses réactions.

Recevoir
les infos TRiPALiUM



Dès qu'une clause de non-concurrence est prévue par le contrat de travail ou la convention collective, l'employeur est tenu au versement d’une l'indemnité compensatrice sauf lorsqu'il a utilisé la faculté de renonciation qui lui est donnée, le cas échéant, par les dispositions conventionnelles ou contractuelles. En 2010, abandonnant sa jurisprudence antérieure admettant que l'employeur pouvait renoncer à la clause de non-concurrence dans un délai raisonnable, dorénavant, l’employeur ne peut être dispensé de verser la contrepartie financière de cette clause que s'il libère le salarié de son obligation de non-concurrence au moment du licenciement  « qu'en l'absence de disposition conventionnelle ou contractuelle fixant valablement le déla…