Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du novembre 30, 2008

Faut il autoriser l’ouverture des magasins le dimanche ?

Début mars 2008. La société Ikea s’est vue contrainte de payer 450 000 euros d’amende suite à une ouverture de leur magasin de Pontoise trois dimanches consécutifs en novembre 2007. (source LCI.fr ) Ce cas n’est qu’un exemple parmi tant d’autres : de nombreuses autres enseignes ont du  payer des amendes suite à une ouverture dominicale de leurs commerces. Pour exemple, la plupart des magasins Virginde Paris préfèrent même payer régulièrement une amende plutôt que de fermer leurs portes ce jour là. Faut il autoriser l’ouverture des magasins le dimanche ? Le débat semble toujours d’actualité, et divise l’opinion des français. Selon différents sondages, si 55 à 70% des français sont favorables à une ouverture dominicale de leurs magasins préférés, 75% de ces mêmes personnes ne veulent pas travailler le dimanche,  jour qui représente à leurs yeux un jour essentiel de la semaine, consacré au repos, à la vie de famille et aux loisirs. En réalité, d’après Robert Rochefort, directeur du Centr…

Les congés pour raisons familiales

Tout salarié, dès lors qu’il à un enfant à charge, peut bénéficier de congés pour raisons familiales, il en existe divers : congé parental, congé pour élever un enfant atteint d’une infirmité exigeant des soins continus, congé pour évènements  familiaux, congé pour se rendre à l’ étranger en vue de l’adoption d’un enfant…Sous certaines conditions, les salariés peuvent suspendre leur contrat de travail et prendre un congé longue durée. Contrairement aux congés payés classiques, ces absences ne sont pas rémunérées et entrainent une suspension du contrat de travail. Néanmoins certaines formules permettent le recours au temps partiel.

Les points clés d’un accident du travail

oins médicaux : 
Dispense d’avance des frais, 
Pas de tickets modérateurs dans la limite des tarifs de responsabilités. Les soins sont intégralement à la charge de la Sécurité Sociale.
Participation forfaitaire de 1€  maintenue.
Indemnités journalières : 
Pas de délais de carence et jours de l’accident payé entièrement par l’employeur.
Montant maximum 60% du salaire journalier de base dans la limite de 0,834% du plafond annuel de la Sécurité Sociale, puis 80% du salaire à partir du 29ème jour d’arrêt.
Rente : 
Une rente peut être versée en cas d’inaptitude reconnue suite à l’accident du travail.
Protection de l’emploi : 
Interdiction de licencier la victime de l’accident pendant son arrêt au motif de son incapacité.
Possibilité de licenciement pour faute grave pour un motif différent de l’accident, ou pour cause réelle et sérieuse.
Incidences sur les cotisations : 
Incidences selon le mode de tarification et si la faute est inexcusable.
Recours du salarié ou de ses ayants droit contre l’employeur :…