Accéder au contenu principal

La loi du 20 août 2008 : une rénovation de la démocratie sociale en trompe l’œil ? une nouvelle représentativité syndicale (II)

La loi du 20 août 2008 promettait une « rénovation de la démocratie sociale ». En échange d’un renversement de la hiérarchie des normes (A) privilégiant l’entreprise et d’une réforme de la représentativité (B), les organisations syndicales de salariés obtenaient une consécration du dialogue social comme mode d’élaboration de la norme sociale. Quel bilan tirer trois après ? (C).

Yvan Loufrani / Isc Paris
Réforme de la représentativité syndicale
 
Souhaitant  rénover le dialogue social dans les entreprises, la loi du 20 août 2008 a voulu  renforcer la légitimité des syndicats en validant (1) périodiquement leur audience lors d'élections professionnelles. Pour asseoir leur légitimité, les syndicats sont incités à se rapprocher des salariés et à ne plus usurper le droit de parler en leur nom. Mettant fin aux polémiques relatives à l'avantage catégoriel accordé à la CGC (article L. 2122-2 du Code du travail), le Conseil constitutionnel a validé les dispositions clefs de la loi. Un premier bilan (2), plutôt mitigé, peut être tiré de cette réforme.

1.    Validation de la loi du 20 août 2008

Tirant leur légitimité dans l’entreprise de leur représentativité légale (l’histoire, pour les cinq confédérations - CGT, FO, CFDT, CFTC, CFE-CGC - bénéficiant d’une représentativité irréfragable) oujurisprudentielle (la réunion de quelques-uns des cinq critères suivants : effectifs, indépendance, cotisations, expérience et l'ancienneté du syndicat, attitude patriotique pendant l'Occupation pour les syndicats créés après la seconde guerre mondiale), il fallait rapprocher les syndicats des salariés au moment où on leur donnait le pouvoir de « légiférer »[1].
De fait, la réforme engagée en 2008 a remplacé les cinq critères non cumulatifs dégagés par la jurisprudence par sept critères cumulatifs dont l’un, l’audience établie selon les niveaux de négociation (établissement, entreprise, groupe, branche, interprofessionnel), devenait la clé de voute de la nouvelle légitimité syndicale.
Les sept nouveaux critères[2] sont les suivants : respect des valeurs républicainesindépendancetransparence financièreancienneté[3]minimale de deux ans dans le champ professionnel et géographique couvrant le niveau de négociation, audience établie selon les niveaux de négociation[4]influence prioritairement caractérisée par l'activité et l'expérience, effectifs d'adhérents et cotisations.
Sans une audience mesurée et reconnue point de représentativité !.
Quel que soit le nombre de votants, il suffit à un syndicat désireux de prouver sa représentativité dans l’entreprise ou l’établissement de justifier  avoir obtenu 10 % des suffrages exprimés au premier tour des dernières élections des titulaires au comité d'entreprise ou de la délégation unique du personnel ou, à défaut, des délégués du personnel[5]. Au niveau du groupe, la mesure de l’audience est obtenue par addition de l'ensemble des suffrages obtenus dans les entreprises ou établissements concernés[6]. Au niveau de la branche professionnelle, les 10% ont été réduits à 8% avec, par contre, une  implantation territoriale équilibrée au sein de la branche[7]. Enfin, au niveau interprofessionnel, le seuil de 8% est maintenu avec une pondération à la fois dans les branches de l'industrie, de la construction, du commerce et des services[8].
Contestée, la mesure de l’audience a été validée à la suite d’une décision du Conseil constitutionnel saisi d'une « question prioritaire de constitutionnalité » (QPC) par la Cour de cassation le 9 juillet 2011.
Face à la remise en question par la CFTC et FO – au nom de l’égalité de traitement - de la possibilité accordée à la CGC de rester représentative en obtenant 10 % des voix dans les seuls collèges où elle se présente, celui des cadres et/ou celui des agents de maîtrise (les autres syndicats, généralistes, devant atteindre 10 % tous collèges confondus), le Conseil constitutionnel a estimé que le législateur « n'a pas méconnu la liberté syndicale ni le préambule de la Constitution de 1946 » et a « institué une différence de traitement en lien direct avec l'objet de la loi  ». Cette décision vient sécuriser juridiquement la loi du 20 août 2008 et met fin aux diverses inquiétudes de voir remis en cause cette réforme phare.
On a pu déplorer à juste titre l’absence en France d’un dialogue sincère et constructif nécessaire à une négociation fructueuse. Si pour les employeurs des termes tels que « négociations » et « conditions de travail » riment avec « revendications » au lieu de les considérer comme des enjeux de productivité et de compétitivité, les représentants syndicaux ont aussi leur part de responsabilité du fait de leur manque de formation et d’expertise. A leur décharge, en deux ans des dizaines de  négociations interprofessionnelles ont été engagées, trois grandes lois sociales adoptées, un nouveau code du travail  mis en vigueur. Cette situation n’échappe pas  aux français dont 44% estiment que les organisations syndicales sont « incapables d’instaurer un dialogue avec les chefs d’entreprise[9] ».  Et pourtant, la rénovation de la démocratie sociale impulsée par la loi d’août 2008semblerait commencer à faire sentir ses effets … dans les grandes entreprises.
En février 2008, un accord « Qualité de la vie au travail » est signé par l’ensemble des organisations représentatives au sein de la direction commerce d’EDF. Cet accord porte quasiment sur les seules conditions de travail, leur amélioration est reconnue comme un facteur de compétitivité et de performance.
Quatre thématiques sont abordées[10] :
- l’organisation du travail, avec un engagement de la part de la direction d’équilibrer le temps des conseillers (60% de relations clientèle et 40% de gestion de dossiers) ;
-les relations de travail, avec une nouvelle vision du rapport managérial (l’organisation des pauses de 15mn par demi-journée est autogérée par les équipes) ;
-l’équilibre entre les vies privées et professionnelles ;
-la valorisation des parcours professionnels.
Chez Axa, on reconnait que l’action syndicale doit attirer des salariés compétents qui n’auront pas le sentiment qu’en s’engageant, ils mettent une croix sur leur vie professionnelle. Un accord a ainsi été signé sur la reconnaissance du parcours syndical[11] dans l’entreprise.

2.    Bilan mitigé

Au fil des scrutins, les premiers effets de la loi se font sentir, les nouvelles règles créent de l'instabilité dans le paysage syndical de l’entreprise: des syndicats perdent leur représentativité, la loi exacerbant la concurrence entre syndicats, les situations[12] deviennent tendues et les interlocuteurs fébriles à l’approche des élections.  Dans la mesure où tous les quatre ans, l’avenir des syndicats est remis en cause, les comportements deviennent dictés par le court terme et sont loin de favoriser le dialogue social.
Chez Eurocopter, la CGT et la CFTC ont été balayées par les urnes en 2010. Dans le secteur de l’énergie, la CGT tout en restant de loi la première[13] organisation du secteur de l’énergie, accuse un net recul[14]. Sur les 140.000 salariés appelés à voter dans les 144 entreprises du secteur de l’énergie, la CGT,: baisse de 4,5 points chez EDF SA, de 7 points chez GDF Suez SA, de 3,8 points chez les deux distributeurs ErDF et GrDF et de 4 points chez RTE. Jusque-là majoritaire, la CGT est passée sous la barre des 50 % alors que la CFE-CGC tire profit de son alliance avec l'Unsa et s'affiche comme le grand gagnant avec des progressions de 2 à 5 points dans les grands groupes. La CFTC perd quant à elle sa représentativité dans toutes ces entreprises avec des résultats en deçà de 10% en application de la loi de 2008.
Chez Axa France, Force ouvrière (CGT-FO) et la CFTC subissent les conséquences de la réforme de la représentativité en descendant au-dessous des 10% de suffrages exprimés dans de nombreux établissements tout en restant représentatifs dans certains. Cela est particulièrement difficile pour FO qui perd sa représentativité pour moins de 18 voix sur 16000 collaborateurs[15]. Au siège, quatre syndicats sur six en 2008 restent représentatifs. La CFDT qui a obtenu 35 % devient incontournable pour la signature des accords.
Conséquence prévisible de cette représentativité par niveaux : les accords signés par les délégués centraux peuvent être combattus sur le terrain par les organisations non représentatives au niveau du groupe mais représentatives dans les établissements. Vice versa : quand des syndicats représentatifs à l'échelle du groupe ne le sont pas sur les sites, l'entreprise manque de relais pour déployer ses accords.
Des rapprochements ont été tentés avec succès ( CFE-CGC et Unsa à La Poste ou chez France Télécom Orange) ou à l’inverse, certains syndicats ont été à la « pêche » aux voix avec succès (la CFDT et la CFTC ont récolté 12 % chacune au dernier scrutin chez PSA).
La recomposition syndicale s’accompagnant souvent d’une réduction des organisations syndicales représentatives, les DRH sont amenés à rechercher le consensus. En effet, pour être valable, un accord avec la direction ne peut être ratifié que si ses signataires regroupent au moins 30 % des voix et que la majorité (50 %) ne s'y oppose pas.
Yvan Loufrani / Isc Paris / TRiPALiUM
[1] selon les articles l1 et l2 du chapitre préliminaire inséré dans le code du travail par la loi du 31 janvier 2007, sauf urgence,  tout projet de réforme envisagé par le gouvernement qui porte sur les relations individuelles et collectives du travail, l'emploi et la formation professionnelle et qui relève du champ de la négociation nationale et interprofessionnelle fait l'objet d'une concertation préalable avec les organisations syndicales de salariés et d'employeurs représentatives au niveau national et interprofessionnel en vue de l'ouverture éventuelle d'une telle négociation. A cet effet, le gouvernement leur communique un document d'orientation présentant des éléments de diagnostic, les objectifs poursuivis et les principales options. Lorsqu'elles font connaître leur intention d'engager une telle négociation, les organisations indiquent également au gouvernement le délai qu'elles estiment nécessaire pour conduire la négociation. Au vu des résultats de la procédure de concertation et de négociation, le gouvernement soumet les projets de textes législatifs et réglementaires à la commission nationale de la négociation collective ainsi qu’ au comité supérieur de l'emploi ou au conseil national de la formation professionnelle tout au long de la vie.
[2] article l2121-1 du code du travail
[3] cette ancienneté s'apprécie à compter de la date de dépôt légal des statuts
[4] conformément aux articles l. 2122-1, l. 2122-5, l. 2122-6 et l.2122-9
[5] article l2122-1 du code du travail
[6]article l2122-4 du code du travail
[7] article l2122-5 du code du travail
[8] article l2122-9 du code du travail
[9] sondage « 20 mn » et france info réalisé par obea-infraforces, fin avril 2009 auprès de 1001 personnes.
[10] les echos, 23 juin 2009 « un accord inédit à la direction commerce d’edf »
[11] charte sur la reconnaissance du parcours syndical dans le développement de carrière et l’évolution professionnelle.
[12] a la ratp : à l'approche du scrutin, les partenaires sociaux ont mis plus de six mois à conclure un nouvel accord sur le droit syndical, du jamais vu !
[13] le syndicat est très puissant chez erdf et grdf (56 % des votes), edf sa (42 %) et à un degré moindre chez gdf suez sa (20 %)
[14] dans les sites de stockage de gaz (storengy) et les terminaux méthaniers (elengy), la chute dépasse même les 24 points
[15] les echos, 14 juin 201
1

Posts les plus consultés de ce blog

Vient de paraître | Travail, rémunération et congés après la "loi Travail" | Droit du Travail T3 | Y.Loufrani éditions EMS

La loi n° 2016-1088 du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels encore appelée « Loi Travail » ou « Loi El Khomri » a profondément remanié l’appréhension des thématiques de gestion du temps de travail en affirmant sur ces domaines la primauté des accords d’entreprise ou d’établissement.

La négociation collective, le dialogue social entre des partenaires représentatifs sont devenus les instruments de cette nouvelle approche normative avec l’apparition d’un « ordre public conventionnel ».

La prééminence de l’accord d’entreprise sur l’accord de branche est affirmée dans un domaine limité : la durée du travail – objet de ce tome 3 avec la rémunération -, entendue au sens large.

Dans la mesure où cette primauté est prévue par la loi, la hiérarchie des normes et le principe de faveur ne sont pas remis en cause.

Il appartient toujours à la norme supérieure (la loi) de décider, en dernier ressort, comment articuler…

L'employeur seul responsable de la non organisation de la visite de reprise

Après un congé de maternité ou une absence pour cause de maladie professionnelle ou encore après une absence d'au moins trente jours pour cause d'accident du travail, de maladie ou d'accident non professionnel, tout salarié doit bénéficier d'un examen de reprise du travail par le médecin du travail (Art. R. 4624-22).
Pour les absences de moins de trente jours, l'employeur a tout intérêt à solliciter une visite auprès du médecin du travail.
En effet, en dehors des obligations légales, l'employeur doit prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs (Article L4121-1).
Il reste tenu à une obligation de sécurité de résultat en matière de santé des salariés et engagera sa responsabilité s'il laisse un salarié reprendre le travail sans surveillance médicale et que sa santé se dégrade de ce fait.
Dès que l'employeur a connaissance de la date de la fin de l'arrêt de travail, il saisit le …

Une rupture conventionnelle peut annuler un licenciement !

Un salarié déjà licencié peut signer une rupture conventionnelle qui annule son licenciement … c’est le sens d’un arrêt de mars 2015 qui, sans aucun doute, va susciter de nombreuses réactions.

Recevoir
les infos TRiPALiUM



Dès qu'une clause de non-concurrence est prévue par le contrat de travail ou la convention collective, l'employeur est tenu au versement d’une l'indemnité compensatrice sauf lorsqu'il a utilisé la faculté de renonciation qui lui est donnée, le cas échéant, par les dispositions conventionnelles ou contractuelles. En 2010, abandonnant sa jurisprudence antérieure admettant que l'employeur pouvait renoncer à la clause de non-concurrence dans un délai raisonnable, dorénavant, l’employeur ne peut être dispensé de verser la contrepartie financière de cette clause que s'il libère le salarié de son obligation de non-concurrence au moment du licenciement  « qu'en l'absence de disposition conventionnelle ou contractuelle fixant valablement le déla…