Accéder au contenu principal

ANI du 11 janvier 2013 : un temps partiel de 24 h minimum en 2014 !

L'ANI du 11 janvier 2013 fixe le temps partiel minimum à 24h et des heures complémentaires majorées dès la première heure dès janvier 2014. La cible du dispositif actuel est sans contestation possible le temps partiel subi. Tous les salariés subissant de faibles volumes contractuels devraient bénéficier d’une augmentation significative de leur durée du travail et donc de leur rémunération.

Yvan Loufrani / ISC Paris
L’accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 pour un nouveau modèle économique et social au service de la compétitivité des entreprises et de la sécurisation de l’emploi et des parcours professionnels entend créer de nouveaux droits pour les salariés afin de sécuriser les parcours professionnels.
Au titre de ces nouveaux droits, l’article 11 de l’accord pointe le travail à temps partiel.
Au-delà d’un cadre contraignant pour l’ouverture de négociations de branche permettant  des « compléments d’heure » et une organisation du travail à temps partiel, le point 2 de l’article 11 doit retenir particulièrement l’attention.
En effet,  il impose de proposer  à  tous les salariés à temps partiel -quelque soit leur secteur d’activité – indépendamment des dispositions conventionnelles,  au plus tard le 31 décembre 2013 un travail minimal de 24 h avec des heures complémentaires majorées dès la première heure:
_____________________________________________
1. Travailler 24h par semaine : c’est la durée minimale d’activité par semaine pour un salarié à temps partiel.
Les seules exceptions admises concernent :

- les particuliers employeurs ;
- les jeunes salariés de moins de 26 ans poursuivant leurs études ;
- tout salarié qui en fait la demande écrite et motivée
  -> pour lui permettre de cumuler les 24 h avec plusieurs employeurs
  -> pour effectuer un temps plein
  -> pour faire face à des contraintes personnelles ( en organisant son travail sur des journées ou demi-journées régulières ou complètes)
2. Bénéficier d’une majoration de 10% de sa rémunération pour les heures complémentaires  effectuées  dès la première heure dans la limite du dixième du volume hebdomadaire ou mensuel et de 25% au-delà.
_____________________________________________
Comparons un salarié devant être occupé au cours du mois considéré 26h par semaine en 2013 dans le cadre des dispositions actuelles et en 2014 dans le cadre des nouvelles dispositions.
Dans la première hypothèse (2013), son salaire contractuel est de 22h, il doit faire deux heures complémentaires non rémunérées et deux heures complémentaires rémunérées à 25% pour les deux heures suivantes.
Dans la seconde hypothèse (2014), son horaire contractuel aura été augmenté à 24h et il fera deux heures complémentaires rémunérées.
Contrairement à la première impression, le coût mensuel sera nul pour l'employeur. Par contre, sur la longue durée, le salarié y trouvera son compte du fait d'une augmentation pérenne de la durée du travail.
Travailler 26 h avec un contrat de 22h en 2013
Un salarié à temps partiel mensualisé qui travaille 22h par semaine en 2013 avec un salaire horaire de 10 euros de l’heure et qui effectue quatre heures complémentaires par semaine pour le mois de janvier 2013 gagne :
• 22h x 10€ x 52/12 = 953,33 euros (salaire brut mensualisé )
• 8h x 10€ = 80€ (heures complémentaires non majorées dans le cadre actuel dans la limite du dixième)
• 8h x 10€ x 1,25% = 100€ (Les heures effectuées au-delà de l'horaire contractuel ou des limites légales, qu'elles soient imposées par l'employeur ou qu'elles soient prévues par un avenant temporaire au contrat de travail à temps partiel, même en application d'un accord collectif, n'ouvrent pas droit aux majorations pour heures supplémentaires. Elles supportent en revanche la majoration de 25 % prévue par l'article L. 3123-19 du Code du travail pour les heures dépassant la limite de 10 % (Cass. soc., 7 déc. 2010, no 09-42.315))
|| Soit 1133,33 euros ( salaire brut mensualisé + heures complémentaires)
Travailler 26 h avec un contrat de 24h en 2014
• 24h x 10€ x 52/12 = 1040 euros (salaire brut mensualisé sans heures complémentaires)
• 8H x 10€ x 1,1 = 88 euros (heures complémentaires non majorées dans le cadre actuel dans la limite du dixième)
|| Soit 1128 euros ( salaire brut mensualisé + heures complémentaires)
Comme on peut le constater, pour le mois considéré les deux systèmes paraissent équivalents avec un très léger avantage en terme de rémunération au système actuel.
Cependant, si  l’on examine la durée du travail, le système est largement favorable au salarié dans le cadre du nouvel ANI.
En effet, son horaire contractuel a été augmenté à 24 h minimum et ne pourra être baissé, il restera à 24h.
Dans l’hypothèse actuelle (2013), le salarié à temps partiel ne dispose d’aucun droit à une requalification pour quelques heures complémentaires effectuées sur moins de 12 semaines. Il doit revenir à son horaire contractuel de 22h en cas de baisse d'activité.
Si en termes de coûts, l’entreprise ne subit aucun préjudice, en termes de temps de travail, le salarié y trouve son compte.
La cible du dispositif actuel est sans contestation possible, le temps partiel subi frappé de plein fouet par les nouvelles dispositions.
Tous les salariés subissant de faibles volumes contractuels devraient bénéficier d’une augmentation significative de leur durée du travail et donc de leur rémunération.
Seuls ceux les salariés à temps partiel ayant réellement choisi  leur durée du travail pourront travailler moins de 24 h.
Pour l’entreprise, c’est toute une organisation du travail fondée sur le travail précaire et le temps partiel qu’il faut dès à présent repenser.
Yvan Loufrani / ISC Paris / TRiPALiU
M

Posts les plus consultés de ce blog

Vient de paraître | Travail, rémunération et congés après la "loi Travail" | Droit du Travail T3 | Y.Loufrani éditions EMS

La loi n° 2016-1088 du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels encore appelée « Loi Travail » ou « Loi El Khomri » a profondément remanié l’appréhension des thématiques de gestion du temps de travail en affirmant sur ces domaines la primauté des accords d’entreprise ou d’établissement.

La négociation collective, le dialogue social entre des partenaires représentatifs sont devenus les instruments de cette nouvelle approche normative avec l’apparition d’un « ordre public conventionnel ».

La prééminence de l’accord d’entreprise sur l’accord de branche est affirmée dans un domaine limité : la durée du travail – objet de ce tome 3 avec la rémunération -, entendue au sens large.

Dans la mesure où cette primauté est prévue par la loi, la hiérarchie des normes et le principe de faveur ne sont pas remis en cause.

Il appartient toujours à la norme supérieure (la loi) de décider, en dernier ressort, comment articuler…

L'employeur seul responsable de la non organisation de la visite de reprise

Après un congé de maternité ou une absence pour cause de maladie professionnelle ou encore après une absence d'au moins trente jours pour cause d'accident du travail, de maladie ou d'accident non professionnel, tout salarié doit bénéficier d'un examen de reprise du travail par le médecin du travail (Art. R. 4624-22).
Pour les absences de moins de trente jours, l'employeur a tout intérêt à solliciter une visite auprès du médecin du travail.
En effet, en dehors des obligations légales, l'employeur doit prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs (Article L4121-1).
Il reste tenu à une obligation de sécurité de résultat en matière de santé des salariés et engagera sa responsabilité s'il laisse un salarié reprendre le travail sans surveillance médicale et que sa santé se dégrade de ce fait.
Dès que l'employeur a connaissance de la date de la fin de l'arrêt de travail, il saisit le …

Une rupture conventionnelle peut annuler un licenciement !

Un salarié déjà licencié peut signer une rupture conventionnelle qui annule son licenciement … c’est le sens d’un arrêt de mars 2015 qui, sans aucun doute, va susciter de nombreuses réactions.

Recevoir
les infos TRiPALiUM



Dès qu'une clause de non-concurrence est prévue par le contrat de travail ou la convention collective, l'employeur est tenu au versement d’une l'indemnité compensatrice sauf lorsqu'il a utilisé la faculté de renonciation qui lui est donnée, le cas échéant, par les dispositions conventionnelles ou contractuelles. En 2010, abandonnant sa jurisprudence antérieure admettant que l'employeur pouvait renoncer à la clause de non-concurrence dans un délai raisonnable, dorénavant, l’employeur ne peut être dispensé de verser la contrepartie financière de cette clause que s'il libère le salarié de son obligation de non-concurrence au moment du licenciement  « qu'en l'absence de disposition conventionnelle ou contractuelle fixant valablement le déla…